logo4
  

Mohand Tilmatine invité du café littéraire de Bouzeguene

Le Tamazight continue de subir les affres de l’arabisation et à afficher une absence criante dans la politique toponymique de l’Algérie. Dans de nombreux pays, la toponymie fait l’objet de recherches linguistiques et sociologiques poussées. La toponymie étant, au-delà de l’aspect préservation du patrimoine, aussi une question de souveraineté. Elle est la marque indélébile de l’histoire d’un pays et de sa personnalité.
Science du langage par excellence, la toponymie a pour but de fournir des points de repère pour localiser des lieux et les mémoriser. La mémoire ancestrale n’ayant pas trop intéressée le pouvoir en place, la pagaille, la cohue et une véritable anarchie règnent dans les administrations Algériennes en niant les faits, les lieux, l’histoire et la culture millénaire au profit d’un dogme : l’arabo-islamisme. Mohand Tilmatine, docteur en linguistique, langues et littératures romaines, venu à Bouzeguene pour animer une conférence, maitrise bien son sujet, lui qui consacre tous son temps à défendre la toponymie et enfin à retrouver les vrais noms appartenant à nos villages, nos cités et lieux mythiques de l’Afrique du nord.

La toponymie Véhicule une mémoire vive et profondément ancrée dans l’histoire, la toponymie fait indéniablement partie intégrante du patrimoine culturel, historique et identitaire d’une langue, d’une culture. Dans la convention de l’Unesco en 2003, l’Unesco cite la langue mais pas la toponymie. Pourtant les toponymies sont liées à l’action de l’homme et reflètent l’identité de leurs utilisateurs. L’utilisation de l’onomastique afin d’arabiser surtout la Kabylie. Le décret N°81-27 du 07/03/1981 portant établissement d’un lexique national des noms des villes, villages et autres lieux qui fait figure de politique toponymique. Tout doit être transcrit sur la base de la phonétique arabe. L’arabisation abrupte et féroce a fait des ravages en défigurant les noms des villes et villages Algériens. Exemple plus vivant, Imechdallen devenu mechd allah en arabe ou Axxam n Teslit ( la maison de la mariée) devenu Kef Larous. Et les exemples sont très nombreux. Ainsi, et pour légitimer une
politique d’arabisation, in, littéralement « celui /l’endroit » devenu ain (source ) en arabe ou Ath (les ) devenu Beni. C’est très fragile car c’est un caractère immatériel.

Et chaque envahisseur laisse ses traces et empreintes parfois indélébiles en changeant les noms des villes et autres lieux. Les français ont beaucoup « francisé ». A l’indépendance de l’Algérie, le pouvoir Algérien a continué sa politique d’arabisation afin de récupérer la langue arabe ( donc pour eux l’arabisation est une cause nationale) et Tamazight est un facteur de division ethnique et territorial du pays selon la rhétorique absurde des gouvernements Algériens.

Les conséquences et les répercussions au niveau international sont désastreuses. Dans les Groupes répartis et divisés par l’ONU, il ya 4 groupes ( l’Afrique du sud- l’Afrique de l’ouest- l’Afrique de l’est. Subitement et étrangement, l’Algérie fait partie du groupe arabe avec les pays du moyen orient. Étonnement, « l’Afrique a perdu son nord » ironise Mohand Tilmane.

Les Etats (surtout en Afrique du nord) transmettent aux institutions internationales les noms et les transcriptions toponymes Amazigh en se basant sur les règles de transcription de l’arabe dit le système de Beyrouth. Mohand Tilmatine voulait créer un groupe afin de défendre la toponymie ancienne mais il se heurte vite au niet catégorique de l’ONU. Le vice-président du groupe pays arabe dont l’Algérie fait partie est un Algérien, militaire, têtu et anti-Amazigh. Pour Mohand Tilmatine ardent défenseur du patrimoine Amazigh « la toponymie est un élément du patrimoine culturel immatériel à protéger ». Il faut aussi restaurer les toponymes antérieurs, régler la question de la transcription : graphie latine car la langue Tamazight s’écrit en caractère latin. Ils ont voulu tout arabiser, finalement ils n’ont arabisé que les murs.

Amroun Omar

bbblbbbr
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0